Faites un blog.

Faites un blog.

Tu passes ta vie sur Internet à consommer du contenu « inspirant », mais toi tu restes à ta place et tu n’inspires rien ni personne.

Normal, tu es nul-le.

Qui lirait une petite meuf ou un petit mec comme toi ? Trop nul-le.

Les « inspirants », c’est les autres.

Alors, tu continues de suivre telle blogueuse ou youtubeur à succès en criant dans ton salon : Mais quel génie !  tout en renversant du café sur ton chat.

De temps à autres, tu as un sursaut d’envie et de volonté de « faire pareil », alors tu demandes à Google comment faire un blog, faire un blog ou créer un blog conseils.

Mais que faut-il faire, à la fin ?

Et bien, on va dire que c’est la déception.

Pour être un blogueur digne de ce nom, il faut :

  • Savoir changer une roue les yeux fermés
  • Réciter l’alphabet cyrillique à l’envers
  • Connaître le code pénal par cœur
  • Être un gourou du marketing
  • Être un super-informaticien
  • Savoir dessiner, designer et faire le poirier devant la foule
blogueur digne de ce nom
Blogueur digne de ce nom en action.

Bon ben tant pis alors. te dis-tu, résigné-e, en refermant tous tes onglets et en partant manger des chips.

Suite à ce petit interlude culinaire, tu retourne lire ton « contenu inspirant ».

Qui te rend immobile. Normal, c’est inspirant.

Que vois-tu ?

On a donc :

  • Des designs graphiques sortis d’on ne sait où (chut, c’est pas lui qui l’a fait !).
  • Des articles inouïs et ciblés sur une « niche » (chut, elle a lu ailleurs comment faire).
  • Moult abonnés qui…

Je m’ennuie. Je préférerais voir ton blog, même fait n’importe comment.

Bordel à tanche, mais qu’est-ce qui se passe avec le blogging ?!

Avant, faire un blog c’était simple : on s’inscrivait sur une plateforme quelconque, on écrivait, on publiait et voilà, c’était merveilleux.

Bon, d’accord, on était lu par sa cousine et on gagnait rien du tout.

Mais au moins, on était authentiques et on se prenait pas la tête sur comment marketer une niche ou un chien.

Depuis que le blogging s’est professionnalisé, ça n’a plus le droit d’être drôle, ni d’être authentique, bordélique et inclassable.

Ou alors, si tu fais ça, tu dois uniquement être un petit blog perso sans ambition, lu par ta cousine et sans nom de domaine ni hébergement.

J’exagère à peine.

À partir du moment où tu as un nom de domaine et un hébergement, ça doit être parfait, ennuyeux, marketer et vendre.

La frontière entre le blog et le site corporate d’entreprise est de plus en plus floue.

Tout est lisse et designé suivant les critères de la mode du moment, décrétés par on ne sait quelle instance.

On dirait que tous les particuliers de la Terre ambitionnent désormais de se comporter comme le community manager d’une entreprise qui écrit de gentils petits messages sur les réseaux sociaux pour essayer de faire croire que l’institution dont il dépend se préoccupe de ses clients.

Même les blogs persos qui ne sont pas des entreprises s’infligent des stratégies compliquées pour avoir des lecteurs et des abonnés Facebook.

C’est absurde. Ça n’a aucun sens.

Le climat actuel du blogging fait ressentir aux gens qu’ils n’ont pas le droit d’être là si ils n’ont pas le design parfait, les compétences techniques parfaites, le marketing parfait, et les articles « qui cliquent » sous un format parfaitement préconisé par le SEO.

Tiens, en parlant de celui-là, je n’écoute jamais rien de ce qu’il me dit. Les préceptes SEO me cassent tellement tout mon propos ainsi que la structure de mes articles que je ne fais vraiment AUCUN effort.

Ou alors, si peu. ^^

Et pourtant, j’ai des gens qui commencent à venir de Google.

Par où ils arrivent, c’est un mystère absolu digne du triangle des Bermudes.

Si c’est toi, bienvenue, je salue ta prouesse technique, et je t’offrirais volontiers un paquet de céréales et un abri de jardin vert en gage de ta performance si je n’avais pas autant la flemme d’aller à la poste.

Autre chose : je n’ai pas envie de ne faire que des articles « listes » ou « 10 trucs pour ne pas être un connard », au bout d’un moment, ça va bien.

Un ou deux de temps en temps, oui, c’est rigolo. Mais je ne veux pas faire que ça.

(Et toi non plus, et tu le sais.)

(Oh, et ces putains de TITRES aussi, qui devraient être plutôt comme ceci, ou plutôt comme cela en vue de faire cliquer le chaland. Un jour, je pondrais un article intitulé « Titre. ». Ce sera la gloire éternelle.).

Autres choses du plus haut degré comique

Il faudrait soi-disant établir une stratégie avant de sortir le blog en faisant un minutieux compte à rebours et en ajoutant des gens-qu’on-connaît-pas sur Facebook de manière agressive et un peu cheloue en mode Coucou ! Tu veux voir mon site ?

Il faudrait faire (ou plutôt faire faire, allez, ça vaaaaa !, c’est grillé, on t’a reconnu Bernard) un design fatigant qui clignote de partout avec moult témoignages de clients… heu, de lecteurs contents.

Il faudrait surtout TOUT maîtriser sur le plan technique, et surtout, ne jamais s’auto-former, ne jamais demander d’aide, et avoir bien honte de ne pas être développeur, webdesigner ou intégrateur de métier quand c’est effectivement le cas.

Les autres compétences, c’est de la merde maintenant, car ça n’est pas assez à la mode.

On est passés du geek qui se faisait tabasser dans la cour de récré à l’informaticien de génie multimilliardaire.

C’est toujours tout l’un ou tout l’autre dans cette société, et après c’est moi qui manque de mesure et de « pondération », c’est mignon comme tout. ^^

Niveau compétences informatiques, tu as seulement deux degrés possibles dans le monde de ces injonctions binaires :

  1. Tu maîtrises tout. Tu as la classe et tout va bien.
  2. Tu ne maîtrises rien. Tu embauches un-e développeur et/ou un-e webdesigner.

Si tu es dans le second cas de figure, se dessinent alors deux possibilités dans ta communication à ce propos.

La première

Faut surtout pas que ça se sache : tu fais limite comme si c’était toi qui avait fait ton site. Faudrait voir à pas trop dire merci à ses prestataires pour pas trop détruire son aura mystique hein.

webdesigner aura mystique lunablog

La deuxième

Tu claironnes partout à quel point tu es NULLE en technique et à quel point c’est les autres qui font tout, hihihi, parce qu’un ordinateur, lol, c’est compliqué.

C’est surtout les femmes qui font ça à ma connaissance, je n’ai encore jamais vu de blogueurs masculins adopter cette attitude.

Parce que c’est bien connu, lafâme, cet être naturel et intuitif, s’évanouit en s’éventant devant une ligne de code et part se ressourcer auprès des esprits de la forêt une fois l’Homme Compétent arrivé pour la dépanner en son ingénierie salvatrice.

Sexisme intériorisé, coucou ! Ça faisait longtemps que je t’avais pas vu, toi. Tiens, retourne dans ta forêt, ça me fera des vacances. Merci, bisous.

sexisme intériorisé lunablog

Le problème

C’est comme si il ne pouvait pas y avoir d’entre d’eux.

  • Se débrouiller Et galérer un peu.
  • Savoir des choses ET pas tout.
  • Demander un peu d’aide ET être globalement très débrouillard-e et autodidacte.

Nan, c’est tout ou rien dans le monde merveilleux du blogging.

Soit tu as un site perso sans ambition qui fera 3 vues et qui n’intéressera que ta grand-mère, soit tu transforme ton blog en super-entreprise aux dents longues qui fatiguera toute la Terre mais  donnera une preuve sociale (également à ta grand-mère), avec l’avantage du nombre et du trafic.

Des gens te likerons, par fatigue, à force d’être sans arrêt sollicités.

marketing blogging

J’attire votre attention sur une chose

Il existe l’option « ne plus suivre », maintenant sur Facebook. Ça veut dire qu’on peut très bien vous liker et ne plus vous suivre. On peut aussi avoir aimé votre page un jour juste comme ça, parce qu’il faisait beau, et ne plus jamais regarder par la suite.

Un gros nombre de likes ne veut pas dire grand chose.

10 000 abonnés mais qui parlent pas, pour moi ça n’a aucun intérêt.

Je préfère en avoir 35 et qui parlent tout le temps. ^^

C’est d’ailleurs ce que j’ai eu pendant mon premier mois de blogging et j’ai adoré, c’était trop génial. Merci aux premières abonnées car l’air de rien, c’est pas un truc qui va de soi de liker une page sans likes dans cet environnement de course à la preuve sociale et à la coolitude.

À ce propos : j’ai une majorité de femmes alors que je ne parle ni de maquillage, ni de maigrir, ni de sujets connexes. Ciel, on nous aurait menti ? Les femmes seraient donc des êtres humains comme les autres avec des centres d’intérêts divers et variés ? C’EST LA FIN DE LA CIVILISATION PUTAIN !!!

Alors quoi ? Faites un blog parce que ça vous plaît, et parce que ça vous amuse.

Ces injonctions à gérer son blog comme une entreprise old-school et bien pénible du siècle dernier à base de « il faut » et de « je dois » en portant un costume-cravate/tailleur virtuel, j’affirme que je m’en fous, et que vous devriez vous en foutre aussi.

Sous prétexte de vous « inspirer », ces conseils de bon Docteur en ouine-attitude vous paralysent et vous prennent vos idées.

Le fond de commerce de ces gens est de vous amener à penser qu’ils savent mieux que vous ce que vous voulez et ce que vous êtes capables de faire.

En les écoutant sans discernement, vous remisez ce que vous avez VRAIMENT envie de faire loin dans le grenier de la zone « impossible » de votre cerveau.

On passe déjà notre vie entière à sauter dans des cerceaux enflammés pour faire plaisir aux autres et à se conformer pour avoir un su-sucre à l’école et en entreprise.

Et quand, dans tout ce marasme insupportable, quelqu’un a ENFIN le timide embryon murmuré de l’aube d’un début d’idée personnelle,  il faudrait l’exécuter en « 10 étapes faciles » en suivant bien les conseils d’écriture et de monétisation du gourou « entrepreneur ouineur » du moment.

Ça me gave, et ça craint.

Ça n’encourage pas les gens à se sortir des carcans et à prendre confiance en eux et en leur créativité.

J’ai envie que le web reste un espace de liberté, pas une géante entreprise corporate d’entrepreneurs ouineurs.

Donc, mes abonnées qui ont envie de faire un blog, mais :

  • Qui n’osent pas
  • Qui en ont un exclusivement dédié à la promotion du travail des autres
  • Qui en ont un qui marche pas mal en ayant suivi toutes les étapes correctement, mais qui s’ennuient à mourir dessus

Vous êtes plusieurs, et je vous vois.

Il y a des chances pour que ce que vous ayez à partager soit plus original et plus intéressant que ce que font beaucoup de blogs qui appliquent des recettes et des techniques. Alors, écrivez. Faites un blog.

faites un blog

 

Il y a évidemment des nuances à apporter :  je ne vous dis pas de ne pas vous former.

Vous voyez bien que j’ai certaines compétences en technique, communication, écriture web et autres, ce serait complètement débile et hypocrite de ma part de vous dire que je n’apprends rien, que je ne lis rien, et que je me contente de suivre mon flow et mon intuition sur un nuage rose.

Je traiterais de ces nuances dans de prochains articles de la catégorie « Blogging ». Discerner le bullshit du conseil utile est important. Ne pas se noyer sous les conseils contradictoires et savoir y désobéir et en prendre le contre-pied aussi.

Mon message central pour vous aujourd’hui est que vous avez le droit de faire ce que vous voulez. Si vous souhaitez faire un blog, ou tout autre projet, ne suivez pas les injonctions paralysantes et anti-vous qui pullulent sur le net. Vous devriez lire uniquement ce qui vous aide vraiment et ne surtout pas hésiter à arrêter de suivre et de croire sur parole quelqu’un dont le propos ne vous convient plus.

Faites du marketing corporate si c’est le kif de votre vie.

Mais si ça vous déprime et vous bloque, laissez tomber ça, et vivez mieux, et écrivez mieux.

Je sais que certains termes employés dans cet article ne sont pas familiers pour tout le monde, aussi, j’ai tenté au maximum de vous renvoyer sur des pages de définition (oui, j’aime Wikipédia). Si y a des mots encore obscurs quelque part, dites-le moi dans les commentaires, et je mettrais en liens les définitions.

Commentez si vous voulez… Ou pas. Et toi là-bas, au fond à gauche, quelque part en Ardèche sur l’ordinateur de ta mère, mais sors le, à la fin, ton putain de blog !

 

3 réactions au sujet de « Faites un blog. »

  1. Merci pour cet article qui démystifie tout ça ! Et oui, toutes ces injonctions dans tous les sens, ça bloque pas mal la créativité spontanée au final ! Les conseils simples de base, ok, mais pas la perte d’identité noyée dans le megamix du webmarketing ! Y’a plus qu’à … !

  2. J’écris pour me faire du bien, parfois m’exprimer et me libérer de certaines choses que je ne dis pas. Alors j’écris !
    On ne me lis pas beaucoup mais je suis contente de mes quelques lecteurs 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.